La Jalousie du Barbouillé

de Molière

Mise en scène Benoît Lavigne et Rafael Bianciotto

Avec Rafael Bianciotto ou Bruno Fleury, Xavier Gallais ou Hervé Jouval, Sylvie Bodin,  Isabelle Florido ou Sylvie Roche, Fabrice de la Villehervé ou Stephen Szekely
Musiciens : Jean-Luc Priano / Javier Estrella

Assistant Karine Letellier
Masques Erhard Stiefel et Den Durand
Musique Javier Estrella
Lumières et Décors Christian Mazubert
Maître de chant Vincent Bouchot

 Synopsis

Tout ce que Molière dira bien plus tard dans « L’Ecole de Femmes » et « Le Misanthrope » sur la souffrance inépuisable du pauvre homme humilié et sur la revendication de la femme vendue se trouve déjà en germe dans cette farce élémentaire, qui est, dit-on sa première œuvre. Nous avons cherché à rendre ce texte surprenant, insolite par notre reconstitution imaginaire. Image d’un art que l’on croyait perdu, les tréteaux, l’illusion les masques, perruques poudrées, gorges pigeonnantes, costumes inspirés des gravures de Jacques Callot, tout dans notre travail n’a été que plaisir et jouissance. De même que les Italiens de la Commedia dell Arte improvisaient sur un simple canevas, Molière et ses compagnons pouvaient broder sur le texte que nous possédons.

Note de mise en scène

Notre travail sur la Commedia dell Arte, le masque et l’écriture de Molière lors du stage AFDAS au festival de Sarlat en 1998 sont à l’origine de notre désir. Ils allient notre amour du théâtre de tréteaux et l’aventure d’un spectacle en milieu paysan (rues, places et fermes).

Ainsi dans les répétitions, une grande place a été faite aux improvisations et aux chants. Proche encore du bateleur et particulièrement de Tabarin, grossière et violente comme Rabelais, la prose de Molière est dense, juteuse, vive, allègre, aux incidences inattendues et savoureuses qui, soudain font éclater d’un rire énorme tous les publics du monde.

La violence de la farce est également l’un des objets de notre travail. Rêve ou cauchemar, tout dans la farce est excessif, impossible et au milieu seulement cette promenade de l’épouse infidèle…Avec ce spectacle on offre non pas au public ce qui l’inquiète chaque jour, mais l’image d’un théâtre truculent, drôle, sensible et tourbillonnant.

Benoît Lavigne et Rafael Bianciotto

2001/2002

Avril 2002 Tournée à Poitiers et Lanester
Août 2001 Festival de Noirmoutier
Juillet 2001 Festival de Collonge La Rouge

2000/2001

du 5 au 27 Juillet 2001 Festival d’Avignon OFF Théâtre de l’Escalier des Doms

1999/2000

du 15 sept 1999 au 15 jan 2000 Théâtre du Lucernaire
du 12 au 15 Juillet 1999  Festival de Sarlat

Dossier de Presse

PDF

PRODUCTION

Une production : Zefiro Théâtre et Compagnie des Saltimbanques.
Coréalisation : Festival de Sarlat, Théâtre du Lucernaire Paris