LYSISTRATA

d’après Aristophane

 

Mise en scène Rafael Bianciotto
Adaptation et traduction Isabel Garma

Avec Frédérique Charpentier, Ombline De Benque, Laetitia Hipp, Sylvain Juret
ou Nicolas Biaud Mauduit, Harald Leander ou Brice Coupey et Valérie Pangallo

Collaboration artistique Mario Gonzalez
Assistant Eric Tinot
Masques Etienne Champion
Costumes Marion Laurans
Musique Vincent Bouchot
Marionnettes Ombline De Benque
Lumières Jean Grison
Chorégraphie Nathalie Van Parys
Maître de chant Nathalie Duong

Synopsis

Il y a 2500 ans, une femme nommée Lysistrata clamait en pleine guerre du Péloponèse “ Ne faites plus l’amour, vous empêcherez la guerre ! ”. C’est avec audace et ruse que Lysistrata réussit à convaincre toutes les femmes des cités grecques de faire la grève du sexe, jusqu’à ce que les hommes reviennent à la raison et arrêtent les combats.

 

Note de mise en scène

À l’image des spectacles de tréteaux, six comédiens donnent vie à plus de 21 personnages. Masques, musique et marionnettes font de cette Lysistrata une pièce atypique, festive et bigarrée. Rarement présentée, Lysistrata est une comédie relevée, à la fois légère et porteuse d’un propos philosophique universel sur la guerre et son absurdité, sur les rap-ports hommes-femmes et sur le pouvoir.

J’ai voulu faire un spectacle populaire. Populaire dans sa langue et dans ses personnages, auxquels les spectateurs s’identifient, mais aussi dans sa forme : masques, marionnettes, musique, danse et chant. Un mélange des arts qui contribue au rythme sou-tenu de cette comédie. Dans Aristophane, le comique est d’abord une affaire de rythme et de mots. Avec Isabel Garma, nous avons beaucoup travaillé la traduction et l’adaptation. Elle a gardé l’essentiel du texte d’origine et nous l’avons épuré pour le mettre au goût du jour. Un décor très minimaliste qui laisse libre l’imagination du spectateur. Une musique contemporaine de Vincent Bouchot, des chants qui apportent une dimension moderne et poétique. Et puis surtout les masques et les marionnettes qui permettent la grandeur, la démesure. Ils portent les propos les plus extravagants sans jamais tomber dans la vulgarité. Avec eux le spectateur est plongé d’emblée dans une atmosphère fantastique et poétique. L’exubérance des masques fonctionne comme une loupe pour révéler les vrais sentiments et resituer aujourd’hui cette fable écrite par Aristophane.

Rafael Bianciotto

2007/2008

1er et 2 avril 2008  Théâtre de Mont de Marsan
8 mars 2008  Théâtre Victor Hugo à Bagneux
du 6 au 28 Juillet 2007 Théâtre La Luna-Buffon Festival OFF Avignon

2006/2007

du 25 au 27 jan 2007 Centre Culturel l’Athénée de Rueil-Malmaison

19 novembre 2006 Festival du Val d’Oise à Espace Lino Ventura à Garges-lès-Gonesse

17 octobre 2006 Théâtre Alphonse Daudet à Coignères

5 août 2006 Festival Théâtre in Situ à Carqueiranne

2005/2006

du 27 au 29 jan 2006 Centre Culturel l’Athénée de Rueil-Malmaison
du 8 au 10 déc 2005 Théâtre Monte Charge, Pau
du 6 Sept au 16 octobre 2005 Théâtre 13, Paris
36 représentations jeudi, ven et sam à 19h dim

2004/2005

du 13 au 14 Mai 2005 La Cave à Théâtre, Colombes
du 17 au 19 février 2005 Centre Culturel l’Athénée de Rueil-Malmaison



Dossier de Presse

PDF

DIFFUSION

Chargée de Diffusion: Anne-Dominique Défontaines
06 30 86 15 68 / 01 47 08 03 05

PRODUCTION

Une production Zefiro Théâtre.
Co-production : La Scène Quai Est à Ivry sur scène

Coréalisation : Théâtre 13 de Paris, Théâtre Antoine Vitez à Ivry sur scène, Centre Culturels de Rueil-Malmaison

Rueil Malmaison La scène Quai EstCentre Culturel Rueil-MalmaisonThéâtre 13