LA TEMPÊTE

de William Shakespeare

Mise en scène Rafael Bianciotto et Ned Grujic

Avec
Charlotte Andrès, Rafael Bianciotto, Anne-Dominique Défontaines, Christophe Hardy, Francis Ressort et Jean-Luc Priano

Création musicale et instrumentale
Jean-Luc Priano
Adaptation Ariane Bégoin et Ned Grujic
Décors et scénographie Danièle Rozier
Masques Alaric Chagnard
Costumes Anne Bothuon
Ingénieur son Laurent Dujarric
Création Lumière Antonio de Carvalho
Régie Lumière Véronique Guideveaux

Synopsis

« Nous sommes tous faits de l’étoffe de nos rêves »
Le vaisseau d’Alonso, roi de Naples et d’Antonio, duc de Milan, est pris dans une tempête et s’échoue sur une île habitée par un monstre, Caliban, et par un esprit aérien, Ariel. Prospero, ancien duc de Milan, évincé du trône par son frère Antonio, y vit avec sa fille Miranda depuis douze ans. C’est lui qui a magiquement provoqué la tempête. Au cours d’une journée de règlements de comptes animée par son esprit de vengeance, Prospéro ouvrira son cœur à la compassion pour refermer ses anciennes blessures et accéder au pardon.

 

 

Note de mise en scène

Dernière pièce de Shakespeare, La Tempête nous invite à un voyage initiatique où vengeance, trahison, fascination du pouvoir feront place au pardon, à la compassion, à la fraternité.
Dans notre Tempête, nous voyageons dans la tête de Prospero. Ses anges et démons intérieurs s’incarnent dans des personnages que son imaginaire recrée pour pouvoir se libérer de l’esprit de vengeance qui l’anime.
Prospero est le metteur en scène de ses fantasmes. Cette île qui l’abrite est la représentation de son espace mental ; Ariel et Caliban deux aspects de lui-même qui s’affrontent ; les naufragés, la matérialisation des objets de sa vengeance ; Ferdinand et sa fille Miranda, la projection d’un bonheur à venir.

La scénographie épurée aux tons noir et argent représente l’île où Prospero attire les naufragés. Elle est symbolisée au sol par un rectangle qui forme l’aire de jeu, le plateau de théâtre où Prospero met en scène ses intrigues et ses personnages masqués. A l’extérieur , les « coulisses » où il se cache, épie et prépare sa magie avec Ariel, son assistant. Ils sont les maîtres d’œuvre de cette mise en scène où ils donnent vie à des personnages fantaisistes ou grotesques déformés par le prisme tourmenté de l’imaginaire de Prospero. L’univers sonorisé témoigne de l’étrange, du surnaturel, tandis qu’une partition spécialement conçue pour accompagner cet étrange voyage permet d’utiliser toutes les ressources sonores d’instruments originaux.

Comme dans les rêves, tout est possible. La magie, l’étrange, la fantaisie et l’émotion s’entrecroisent dans un spectacle que nous espérons à la fois inventif, léger et poignant. Douze années de rancune s’évaporeront le temps d’un rêve…

Ned Grujic et Rafael Bianciotto

2017/2018

16 septembre 2017 Théâtre de Thelle à Méru

2016/2017

10 novembre 2016 au Festival de Shakespeare à Lucé

2015/2016

12 Février 2016 Salle Gérard Philippe à Lisses

29 janvier 2016 Salle Malesherbes, à Maison Lafitte

2014/2015

30 août au 26 octobre 2014 au Vingtième Théâtre de Paris
36 représentations jeudi, ven et sam à 19h dim à 15h

2013/2014

30 janvier 2014 au Théâtre André Malraux Rueil-Malmaison
31 août et 1er sept 2013 au Festival de La scène au jardin, à Chantilly

2012/2013

11 avr 2013 Théâtre des Sablons de Neuilly-sur-Seine
15 et 16 nov 2012 à 20h45 au Théâtre André Malraux Rueil-Malmaison
8 et 9 nov 2012 Espace Carpeaux de Courbevoie

niquement pour les professionnels:

DEMANDE DE CAPTATION

Bande Annonce

Reportage sur la création à Rueil-Malmaison


logo-Canard-EnchaineSpectacle superbement monté par une jeune troupe qui a su recréer l’atmosphere d’irréalité de ce texte où comique et poésie se mêle. Ce spectacle enthousiaste, qui sert si bien l’illusion et la fantaisie de la pièce, reste une bonne surprise.


LOGO_PARISCOPEMille trouvailles de mise en scène viennent apporter poésie et émotion au spectacle défendu par des comédiens convaincants. N’hésitez pas à vous laissez porter par le souffle de cette tempête là.


LogoANOUSPARISCe qui intéresse Ned Grujic et Rafael Bianciotto, c’est cette zone vierge où ils peuvent laisser libre cours à leurs expérimentations et à leur imaginaire foisonnant. Ces deux-là ont associé leurs compagnies (Zéfiro Théâtre-Tréteaux de la Pleine Lune) pour apparier la puissance poétique de Shakespeare et la magie des masques.


logoMarianneLa grande originalité de la pièce tient à l’originalité de la mise en scène, où la poésie n’a d’égale que la grâce, l’imagination, la fluidité du jeu. Ce spectacle lumineux, féérique, est un régal pour les yeux et pour l’esprit.


logo-Mediapart-HDSouligné par un emploi innovant de la musique, c’est ce message de tolérance que cette mise en scène enthousiaste a choisi de mettre en exergue. A voir, ABSOLUMENT.


logo-lemonde-fr

Voilà un spectacle tout public, une adaptation tendre et poétique, simple et soyeuse comme ce fameux tissu de rêve de Shakespeare qui ne cesse de frotter notre épiderme.


logoradiofrance.png

Emission radio « Un autre Jour est possible »
sur France Culture diffusée le 9/09/14


LES AVIS DES SPECTATEURS
« J’AI ADORÉ!!! pur JOYAU où brillent poésie shakespearienne, inventivité visuelle et sonore, prouesse d’acteurs. »


TEMOIGNAGE DES ELEVES et PROFESSEURS
« Nous avons beaucoup aimé la représentation et les élèves en ont parlé avec un vrai enthousiasme le lendemain : ils ont vu beaucoup de choses, ont été sensibles à la poésie des images, à la magie de la musique, aux scènes comiques aussi. Encore mille mercis et bravo à vous et à votre compagnie.»


Dossier de Presse complet

PDF

niquement pour les professionnels:

DEMANDE DE CAPTATION

DIFFUSION

Chargée de Diffusion: Anne-Dominique Défontaines
06 30 86 15 68 / 01 47 08 03 05

Fiche Technique

PDF

Dossier de diffusion

PDF

Dossier de Presse complet

PDF

Dossier Pédagogique

PDF

Témoignage des professeurs et élèves

PDF

PRODUCTION

Une production Zéfiro Théâtre et Les Tréteaux de la Pleine Lune.
Co-production : Théâtre André Malraux de Rueil-Malmaison

Coréalisation : Espace Carpeau de Courbevoie , Association des Centres Culturels de Rueil-Malmaison

Subvention : ADAMI et Spédidam

Mécènat entreprise :  Librairie Dédicaces de Rueil-Malmaison

logo-TAM2  Logo Rueil Malmaison 2013 logo Centre Culturel Rueil-Malmaison logobougivalweb   logo-spedidam-2   logodedicaces

CANDIDE

d’après Voltaire

Mise en scène Rafael Bianciotto

Avec Estelle Boukni ou Bénédicte Budan, Anne-Dominique Défontaines, Nicolas Biaud-Mauduit, Jérémy Zylberberg ou Christophe Hardy, Alain Khouani ou Rafael Bianciotto, Jean-Luc Priano (claviers), Pascal Rousseau (tuba) et Nicolas Naudet (clarinette)

Assistante à la mise en scène Caroline Mozzone
Collaboration artistique Mario Gonzalez
Création musicale et instrumentale Jean-Luc Priano
Masques Etienne Champion et Alaric Chagnard
Maître de chant Kristjana Stefánsdóttir
Regard chorégraphique Marie Barbottin
Costumes et Décors Martha Roméro
Lumière Antoine Audouin
Vidéo Jérôme Boukni
Visuel André Palais

Synopsis

Candide, un jeune homme qui avait le jugement assez droit et l’esprit le plus simple, se fait chasser du château de Thundertentronck, pour un baiser à Cunégonde, la fille du Baron. Il se retrouve en fuite, rencontre la guerre, les prédicateurs d’Hollande, l’Inquisition au Portugal, l’Eldorado, l’esclavage et découvre les horreurs et les injustices les plus atroces dans le meilleur des mondes. Toujours accompagné, du philosophe Pangloss, de Cacambo ou de Martin, il s’enrichit de ses rencontres et de retrouvailles. Sa recherche de Cunégonde et la quête du bonheur sont les fils conducteurs de son périple à travers le monde. Avec des rencontres mirobolantes et des aventures improbables (c’est un conte !) il cherche la vérité, l’amour, le bonheur. Après de multiples déceptions contrariétés et joies, il arrive à Constantinople. Et dans une métairie, entourée de sa petite société, il découvre qu’il a mûri, qu’il a changé, que la clé de la sérénité est peut-être en nous, en cultivant notre jardin.

Note de mise en scène

En ce début de XXIème siècle, ce texte de Voltaire me frappe comme la foudre. Il a plus que jamais sa place dans notre époque pour dénoncer la vanité de la guerre, l’utopie d’un monde idéal et le totalitarisme politique et intellectuel.
Avec une ironie mordante il nous ouvre les yeux sur l’intolérable de la condition humaine et dans le même temps sur tout ce qu’on trouve de plus rayonnant : l’habileté de l’homme à vivre dans son « meilleur des mondes » et sa quête touchante de la vérité.

C’est une vraie richesse que d’adapter au théâtre ce conte philosophique qui invite à la réflexion sur la quête du bonheur et le sens de la vie. J’ai choisi de révéler toute cette modernité, dans son humour et sa justesse, dans sa
contemporanéité et sa morale, dans son humanité. Transmettre la joie de vivre, la vitalité de l’homme et de la jeunesse à travers une mise en scène qui parle des «choses sérieuses » sans jamais se prendre au sérieux ; en allant presque jusqu’au burlesque pour coller à l’ironie de Voltaire.

Un spectacle masqué où quatre comédiens et trois musiciens donnent vie à une vingtaine de personnages pour nous conter cette aventure philosophique. Quand la Commedia dell’arte rencontre les Lumières, la scène étincelle.

Rafael Bianciotto

2014/2015

10 au 18 avril 2015 au Berrie Center Ramapo College of New Jersey (Version en anglais)
17 mars 2015 Centre Culturel Sydney Bechet, à Garches

2013/2014

29 juillet 2014 Festival Les Théâtrales, à Collonges-la-rouge
19 et 20 juillet 2014 Festival de La scène au jardin, à Chantilly
3 juin 2014 La Halle au Blé, à Altkirch
27 mars 2014 Théâtre de Jean Marmignon, à Saint Gaudens
11 février 2014 Théâtre Les 3 Pierrots, à Saint-Cloud

2012/2013

5 avril 2013 La Merise / Le Grenier à Sel, à Trappes
21 mars 2013 Centre culturel de Sarlat, à Sarlat

2011/2012

17 au 19 août 2012 Festival les Malins Plaisirs, à Montreuil-sur-mer
13 mars 2012 La Comédie de l’Aa, à Saint-Omer
1er au 23 novembre 2011 Théâtre de Ménilmontant, à Paris
(12 représentations) du mardi au jeudi à 21h

2010/2011

5 au 9 juillet 2011 Théâtre de Ménilmontant, à Paris
7 avril 2011 Théâtre d’Ivry Antoine Vitez, à Ivry sur Seine
1 avril 2011 La ferme des Jeux, à Vaux-le-Pénil
17 mars 2011 Théâtre du pays de Morlaix, à Morlaix
4 au 6 fév 2011 Centre Culturel de l’Athénée, à Rueil-Malmaison
1 et 2 février 2011 Espace Carpeaux, à Courbevoie

2009/2010

2 août 2010 Festival de Carquairanne, à Carqueiranne
25 mars 2010 Théâtre des Sablons, à Neuilly
8 et 9 mars 2010 Théâtre André Malraux, à Rueil-Malmaison
25, 26 et 27 fév 2010 Centre Culturel de Haubourdin


Extraits de la musique original de CANDIDE par Jean-Luc Priano:

 

Bande Annonce

Reportage sur la création à Rueil-Malmaison


Logo-le-figaro-magazineA force d’astuces scéniques et de talents aussi généreux, l’épopée de Candide prend une dimension de fraîcheur et d’extravagance inattendue. … Voltaire sort rajeuni d’une entreprise dont il faut saluer l’originalité et l’audace. Philippe tesson, Le Figaro Magazine.

Pour mimer les rocambolesques mais véridiques mésaventures de logo-lemonde-frCandide, la compagnie Zefiro théâtre s’en donne à coeur joie, pourfendant à travers leurs masques, les banderoles des imbécillités humaines.


BSCAvec ce Candide on réinvente une philosophie contextuelle du siècle des Lumières, une mise en valeur de la pensée de Voltaire librement traduite sur le propos ironique et sans académisme.


logo_France_CatholiquePeux-être grâce à la distance prise dans la mise en scène par rapport au récit de Voltaire, jamais on ne s’est senti ausi proche du philosophe, de sa verve, de sa veine pamphlétique !


logo-ruedutheatreL’absence de décor ne manque à aucun moment, les lumières, les costumes et les musiciens/comédiens faisant tout le travail, avec beauté et humour. Ces derniers forment la réelle valeur ajoutée de la pièce. Et le jeu talentueux avec les masques en bois, donne une ampleur et une intensité fantastiques aux mouvements et aux acteurs qui en deviennent burlesques.


LaVoixduNordLes quatre comédiens masqués, avec leur énergie débordante servie dans une mise en scène et des costumes originaux, oint démultipliés leurs talents. Candide, Cunégonde et le philosophe Pangloss ont emmené le public dans un tour du monde échevelé à la recherche du « meilleur des mondes possibles ».


ladepechedumidi1_2Avec quatre comédiens, trois musiciens, décor dépouillé, costumes fantaisistes et une vingtaine de masques, cette oeuvre raconte d’une façon moderne et dépoussiérée l’histoire de « Candide », un conte philosophique publié voilà près de deux siècles et demi.

DIFFUSION

Chargée de Diffusion: Anne-Dominique Défontaines
06 30 86 15 68 / 01 47 08 03 05

Fiche Technique

PDF

Dossier de diffusion

PDF

Dossier de Presse

PDF

Dossier Pédagogique

PDF

 

 

PRODUCTION

Une production Zefiro Théâtre.
Co-production : Théâtre André Malraux de Rueil-Malmaison

Coréalisation : Espace Carpeau de Courbevoie , Association des Centres Culturels de Rueil-Malmaison

Subvention : ADAMI et Spédidam

Mécènat entreprise :  Librairie Dédicaces de Rueil-Malmaison

logo-TAM2  Logo Rueil Malmaison 2013 logo Centre Culturel Rueil-Malmaison  logo-spedidam-2   logodedicaces

LYSISTRATA

d’après Aristophane

 

Mise en scène Rafael Bianciotto
Adaptation et traduction Isabel Garma

Avec Frédérique Charpentier, Ombline De Benque, Laetitia Hipp, Sylvain Juret
ou Nicolas Biaud Mauduit, Harald Leander ou Brice Coupey et Valérie Pangallo

Collaboration artistique Mario Gonzalez
Assistant Eric Tinot
Masques Etienne Champion
Costumes Marion Laurans
Musique Vincent Bouchot
Marionnettes Ombline De Benque
Lumières Jean Grison
Chorégraphie Nathalie Van Parys
Maître de chant Nathalie Duong

Synopsis

Il y a 2500 ans, une femme nommée Lysistrata clamait en pleine guerre du Péloponèse “ Ne faites plus l’amour, vous empêcherez la guerre ! ”. C’est avec audace et ruse que Lysistrata réussit à convaincre toutes les femmes des cités grecques de faire la grève du sexe, jusqu’à ce que les hommes reviennent à la raison et arrêtent les combats.

 

Note de mise en scène

À l’image des spectacles de tréteaux, six comédiens donnent vie à plus de 21 personnages. Masques, musique et marionnettes font de cette Lysistrata une pièce atypique, festive et bigarrée. Rarement présentée, Lysistrata est une comédie relevée, à la fois légère et porteuse d’un propos philosophique universel sur la guerre et son absurdité, sur les rap-ports hommes-femmes et sur le pouvoir.

J’ai voulu faire un spectacle populaire. Populaire dans sa langue et dans ses personnages, auxquels les spectateurs s’identifient, mais aussi dans sa forme : masques, marionnettes, musique, danse et chant. Un mélange des arts qui contribue au rythme sou-tenu de cette comédie. Dans Aristophane, le comique est d’abord une affaire de rythme et de mots. Avec Isabel Garma, nous avons beaucoup travaillé la traduction et l’adaptation. Elle a gardé l’essentiel du texte d’origine et nous l’avons épuré pour le mettre au goût du jour. Un décor très minimaliste qui laisse libre l’imagination du spectateur. Une musique contemporaine de Vincent Bouchot, des chants qui apportent une dimension moderne et poétique. Et puis surtout les masques et les marionnettes qui permettent la grandeur, la démesure. Ils portent les propos les plus extravagants sans jamais tomber dans la vulgarité. Avec eux le spectateur est plongé d’emblée dans une atmosphère fantastique et poétique. L’exubérance des masques fonctionne comme une loupe pour révéler les vrais sentiments et resituer aujourd’hui cette fable écrite par Aristophane.

Rafael Bianciotto

2007/2008

1er et 2 avril 2008  Théâtre de Mont de Marsan
8 mars 2008  Théâtre Victor Hugo à Bagneux
du 6 au 28 Juillet 2007 Théâtre La Luna-Buffon Festival OFF Avignon

2006/2007

du 25 au 27 jan 2007 Centre Culturel l’Athénée de Rueil-Malmaison

19 novembre 2006 Festival du Val d’Oise à Espace Lino Ventura à Garges-lès-Gonesse

17 octobre 2006 Théâtre Alphonse Daudet à Coignères

5 août 2006 Festival Théâtre in Situ à Carqueiranne

2005/2006

du 27 au 29 jan 2006 Centre Culturel l’Athénée de Rueil-Malmaison
du 8 au 10 déc 2005 Théâtre Monte Charge, Pau
du 6 Sept au 16 octobre 2005 Théâtre 13, Paris
36 représentations jeudi, ven et sam à 19h dim

2004/2005

du 13 au 14 Mai 2005 La Cave à Théâtre, Colombes
du 17 au 19 février 2005 Centre Culturel l’Athénée de Rueil-Malmaison

Dossier de Presse

PDF

DIFFUSION

Chargée de Diffusion: Anne-Dominique Défontaines
06 30 86 15 68 / 01 47 08 03 05

PRODUCTION

Une production Zefiro Théâtre.
Co-production : La Scène Quai Est à Ivry sur scène

Coréalisation : Théâtre 13 de Paris, Théâtre Antoine Vitez à Ivry sur scène, Centre Culturels de Rueil-Malmaison

Rueil Malmaison La scène Quai EstCentre Culturel Rueil-MalmaisonThéâtre 13

La Jalousie du Barbouillé

de Molière

Mise en scène Benoît Lavigne et Rafael Bianciotto

Avec Rafael Bianciotto ou Bruno Fleury, Xavier Gallais ou Hervé Jouval, Sylvie Bodin,  Isabelle Florido ou Sylvie Roche, Fabrice de la Villehervé ou Stephen Szekely
Musiciens : Jean-Luc Priano / Javier Estrella

Assistant Karine Letellier
Masques Erhard Stiefel et Den Durand
Musique Javier Estrella
Lumières et Décors Christian Mazubert
Maître de chant Vincent Bouchot

 Synopsis

Tout ce que Molière dira bien plus tard dans « L’Ecole de Femmes » et « Le Misanthrope » sur la souffrance inépuisable du pauvre homme humilié et sur la revendication de la femme vendue se trouve déjà en germe dans cette farce élémentaire, qui est, dit-on sa première œuvre. Nous avons cherché à rendre ce texte surprenant, insolite par notre reconstitution imaginaire. Image d’un art que l’on croyait perdu, les tréteaux, l’illusion les masques, perruques poudrées, gorges pigeonnantes, costumes inspirés des gravures de Jacques Callot, tout dans notre travail n’a été que plaisir et jouissance. De même que les Italiens de la Commedia dell Arte improvisaient sur un simple canevas, Molière et ses compagnons pouvaient broder sur le texte que nous possédons.

Note de mise en scène

Notre travail sur la Commedia dell Arte, le masque et l’écriture de Molière lors du stage AFDAS au festival de Sarlat en 1998 sont à l’origine de notre désir. Ils allient notre amour du théâtre de tréteaux et l’aventure d’un spectacle en milieu paysan (rues, places et fermes).

Ainsi dans les répétitions, une grande place a été faite aux improvisations et aux chants. Proche encore du bateleur et particulièrement de Tabarin, grossière et violente comme Rabelais, la prose de Molière est dense, juteuse, vive, allègre, aux incidences inattendues et savoureuses qui, soudain font éclater d’un rire énorme tous les publics du monde.

La violence de la farce est également l’un des objets de notre travail. Rêve ou cauchemar, tout dans la farce est excessif, impossible et au milieu seulement cette promenade de l’épouse infidèle…Avec ce spectacle on offre non pas au public ce qui l’inquiète chaque jour, mais l’image d’un théâtre truculent, drôle, sensible et tourbillonnant.

Benoît Lavigne et Rafael Bianciotto

2001/2002

Avril 2002 Tournée à Poitiers et Lanester
Août 2001 Festival de Noirmoutier
Juillet 2001 Festival de Collonge La Rouge

2000/2001

du 5 au 27 Juillet 2001 Festival d’Avignon OFF Théâtre de l’Escalier des Doms

1999/2000

du 15 sept 1999 au 15 jan 2000 Théâtre du Lucernaire
du 12 au 15 Juillet 1999  Festival de Sarlat

Dossier de Presse

PDF

PRODUCTION

Une production : Zefiro Théâtre et Compagnie des Saltimbanques.
Coréalisation : Festival de Sarlat, Théâtre du Lucernaire Paris